On ne dira plus... On dira

Mercredi 14 avril 3 14 /04 /Avr 09:42

 

Je note une phrase, chopée sur l'une des plateforme les plus réputées. Et je constate...

"Un rétrolien est une manière explicite de notifier les anciens systèmes de blog que vous avez fait un lien vers eux".
Au revoir le français.

 

Par Le Déserteur - Publié dans : On ne dira plus... On dira - Communauté : Les chroniques de la meute
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 20 août 3 20 /08 /Août 19:34

« La position de l’analyste permet tout d’abord, dans une perspective descriptive, de préciser les types d’expériences (grâce aux concepts eliasiens d’engagement et de distanciation), et les types de rapports à l’expérience (grâce à la « cadre-analyse » goffmanienne) qui déterminent les limites imparties à la fiction, l’espace à l’intérieur duquel elle se voit conférer une légitimité. Ensuite, dans une perspective normative mais strictement épistémique, l’analyse milite pour une restriction du champ définitionnel de la fiction, assortie d’une extension de ses capacités heuristiques, au-delà des réductions logiciste, esthète, herméneutique ou positiviste. Ainsi devient possible, pour finir, une énonciation normative appliquée au monde ordinaire, en forme d’expertise raisonnée sur les cas de conflits exposés en ouverture » (L’homme, n° 175-176)

 

Vous comprenez pourquoi je vous disais qu’on parlerait pas trop de ma thèse ici ? Non, pas encore ? Autre exemple alors :

 

« Il y a deux raisons à proposer, en guise de proème à une esquisse de réponse à cette triple question, un bref regard en direction du père fondateur de l’herméneutique pratique. Non seulement la conception de l’herméneutique inaugurée par Friedrich Schleiermacher trouve l’un de ses fondements dans la question de l’interprétation et de la traduction, mais sa manière d’envisager la relation entre langue, parole, pensée et réalité offre, par contraste, une voie d’accès privilégiée au paradigme fondant le retour récent de l’anthropologie culturelle et sociale sur ses propres procédures d’interprétation et de traduction » (même revue, n° 163)

Rien que ça ! Les mecs, si vous voulez faire une thèse, va falloir se sortir les doigts du cul ! Et an-deux, an-deux. On prend la langue, on la retourne, on en fait des confettis et on bouffe, on bouffe, on bouffe ! Allez, plus vite bande de feignasses. On se dépêche de niquer sa gueule au sens commun, on est pas partis au front pour se la dorer, y s’agit rien de moins que d’faire péter les neurones au quidam.

Dans-la-troupe-ya-pas-d’langue-de-bois ! Si-on-en-voit-on-les-met-au-pas! An-deux. An-deux.

 

Ainsi, mesdames messieurs, on ne dira plus : « je n’aime pas cette ce livre », on dira : « l’espace des possibles interprétatifs laissé à mon appréciation subjective – déterminé par mon intérêt social à la dépréciation que commande un intérêt expressif exprimé par le différentiel structural des potentiels contenus dans la matérialité du texte – s’organise autour du pôle négativement connoté ».

Ca, ça a quand même plus de gueule.

Par Le Déserteur - Publié dans : On ne dira plus... On dira
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires

C'est quoi ce blog?

Derniers Commentaires

Recommander

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés